vendredi 27 janvier 2017

Les cormorans Vosgiens ont droit d’asile …


Bienvenue dans les Vosges aux volatiles noirs au bec crochu ! La sentence est tombée, l’arrêté préfectoral de régulation sur trois années dans le département a été suspendu. Comme c’est étrange, mais au fait, d’où vient-elle cette suspension ? Une association, bien connue, qui protège les volatiles n’en serait-elle pas la cause ? Et bien … Oui !

Une fois de plus, amis pêcheurs, nous nous sommes fait rouler dans la farine. Cette association réclame sans cesse sur des tas de sujets et obtient souvent gain de cause.  Ce qui est malheureux dans cette histoire, à mon sens, c’est que nous sommes plusieurs milliers de pêcheurs dans notre beau département et que personne n’a rien vu venir, moi y compris. Mais une bande de « teigneux escrologistes » savent bien comment s’y prendre. Il serait peut-être temps que nous prenions conscience de nos lacunes et que nous commencions à défendre le peu qu’il reste si nous voulons encore pêcher dans quelques années. Ne serait-il pas temps de mettre une veille sur les actions entreprises par cette association dès lors que cela nous concerne ? 

Un petit retour en arrière s’impose afin d’appréhender le propos du jour. Dans le cadre de l’arrêté de régulation du grand cormoran, le public pouvait faire part de ses observations durant la période du 15 novembre au 09 décembre 2016. Personnellement,  je n’étais pas au courant comme beaucoup d’entre nous. J’en veux pour preuve le nombre de contributions reçues. Douze contributions dont une seule favorable à la régulation ! Je vous laisse deviner de qui proviennent les onze autres contributions. Je vous invite à lire la synthèse des observations ci-dessous.



Suite à cette consultation, l’arrêté préfectoral pouvait voir le jour. Ce dernier porte le numéro 959/2016/DDT daté 20 Décembre 2016. Vous pouvez le retrouver ci-dessous. Titre 1, article 1, 600 oiseaux par année pendant trois ans pouvaient être tirés sur le département plus 50 oiseaux supplémentaires si nécessaire. Je ne vais pas faire le détail de l’arrêté. Le plus simple est de le lire ci-dessous. Oui, je sais encore de la lecture ...




Suite à la parution de l’arrêté, les protecteurs de l’oiseau de malheur se sont évidemment insurgés. Rapidement, ils se sont empressés de saisir le tribunal administratif de Nancy. Deux recours en référé furent déposés, le premier pour une suspension urgente de l’arrêté et le second pour carrément annuler l’arrêté qu’ils jugent « illégal et abusif » ! En lisant la presse locale, on comprend bien la position des protecteurs. Les pauvres oiseaux noirs, à l’agonie compte tenu des conditions hivernales difficiles ne mangent pas plus de poissons que les carnassiers et autres salmonidés.


J’aimerais bien savoir comment ferait un brochet pour manger environ 300 grammes de poissons par jour et le digérer pour recommencer le lendemain dans une eau à 3 ou 4 degrés ? Je ne parle que du brochet mais imaginez cela avec une truite ou encore une perche compte tenu de leur propre poids !
Le tribunal a donc instruit le dossier et voilà, la sentence est tombée. Heureusement, les défenseurs des cormorans, ont été déboutés sur certaines de leurs demandes. Ils ont même eu le toupet de demander des dommages et intérêts !!!
Encore un peu de lecture, ça vous dis ? Allez, voilà l’ordonnance du tribunal administratif ci-dessous.





En faisant le point vite fait, il est vrai que le cormoran est une espèce qui a toujours résidé dans le département et qu’il est tout à fait normal de lui laisser la part belle. Restons sérieux un instant, les Phalacrocoracidae font partie de la famille des oiseaux de mer. Il n’y a pas un problème là ? Le cormoran, n’a rien à faire sur nos terres, un point c’est tout !

Actuellement la Moselle est gelée sur un grand linéaire donc, au centre-ville d’Épinal, les cormorans se gavent sur le parcours no-kill. Le dortoir est tout prêt, quelques centaines de mètres à faire seulement. Je peux vous dire que la table est bonne. J’ai observé leur manège pendant quelques minutes, c’est triste à en pleurer. A moins que je ne me trompe et qu’au final ces magnifiques oiseaux au plumage sombre ne viennent à la rivière que pour se baigner …



Les voilà qui passent au-dessus de la Moselle au niveau du champ de mars d’Épinal. Ils effectuent quelques passages en descendant un peu plus bas à chaque fois, jusqu’au moment où ils plongent !

2 commentaires:

Nickx88 a dit…

Dans le secteur où je pêche et chasse, que tu connais, cela fait 2 jours qu'ils ne viennent plus. A mon avis, ils ont tout raclé. Triste. Il faudrait que les chasseurs, les piégeurs et les pêcheurs s'associent pour réagir énergiquement contre cette association vosgienne d'ESCROLOS, pour les faire payer des dégâts qu'ils causent avec leurs réactions ... contre la faune sauvage. J'assume mes écrits comme d'habitude.

Emmanuel Bedel a dit…

Ils ont probablement trouvé une meilleure table ...
Si seulement tu pouvais être entendu, mais connaissant les pêcheurs, ce n'est pas gagné.
Merci pour ton commentaire "Nickx88" !