mercredi 15 décembre 2010

Déception au réservoir de la Moselotte


Samedi 11 Décembre le club mouche d’Epinal avait choisi la destination du réservoir de la Moselotte pour effectuer sa sortie mensuelle. Une fois de plus, voir mon précédent post, les conditions météorologiques ne plaidaient pas en notre faveur. Pas un souffle d’air ne ridait la surface de l’eau, le ciel était bouché et gris et évidement une légère bruine venait nous mouiller pour couronner le tout. Le matin, c’est à six que la partie de pêche a débuté, chacun y est allé de sa technique, streamer, nymphe, sèche en pour moi nymphe à vue.

Bizarrement, quasi aucun gobage sur le lac, cela n’était pas bon signe et comme depuis la reprise de cet automne, des poissons semblaient être en paquets au niveau de la plage.
J’ai bien tenté quelques poissons mais il n’a pas été simple de faire des captures. J’ai fait le tour du lac au complet sans voir un seul poisson sur toute la partie droite. Je défini cette portion du lac par tout ce qui se trouve à droite à partir d’en face du bar coté chalet de location.

Pour la matinée je réussi néanmoins la prise de cinq truites, deux au chiro au fil plus deux en sèche et une en N.A.V. Je me souvient de mes début en N.A.V il y a quelques années, je pêchait avec l’ami Patrick qui s’en ai retourné à la Réunion, au niveau de la passerelle en bois qui est hors d’usage aujourd’hui, à cet endroit on pouvait voir très profondément même en plein cœur de l’hiver. Désormais, pour pêcher à vue au réservoir de la Moselotte il faut des conditions de luminosité bien particulières, sans ça, cette méthode de pêche devient trop aléatoire, même sur la plage cela devient difficile d’y voir. Un développement d’algue se produit en permanence et le fond devient noir.

Bilan au moment de passer à table, c’est la misère, tout le monde s’est plus ou moins cassé les dents sur les poissons qui la plupart du temps s’enfuie dés lors qu’une mouche arrive dans l’eau. Pourtant en ce jour, pas de grosse pression de pêche il n’y a que nous !

L’après midi les seuls à tirer leurs épingles du jeu seront ceux qui pêcherons au boobies sur la plage. Les poissons sont en paquets et quand ça passe, ça prend. Je ne pratique plus cette pêche aux bobbies depuis fort longtemps mais j’avoue que cela reste efficace, attention toutefois de bien savoir utiliser ce genre de montage car sinon, les poissons en subiront les conséquences avec un taux de mortalité assez élevé ceci dû au fait que les poissons avalent littéralement les boobies.


Pour ma part je ne toucherais qu’un seul poisson durant l’après midi et je dirais encore une fois de taille plus que modeste. L’humeur générale était plutôt morose au moment de quitter le réservoir et chacun se disait que l’on ferai mieux la prochaine fois.

Ce n’est pas courant mais, autant quand tout va bien tout le monde le dit, autant quand tout va mal, ce n’est plus pareil. Donc je vous livre mes impressions, je suis hyper déçu depuis la reprise en septembre dernier de la qualité de la pêche sur le réservoir de la Moselotte. Les poissons sont de petites tailles, ils restent en paquets et ne se nourrissent pas, ils ont peur de tout, nombreux sont ceux que l’on appelle « des manches courtes », mis a part la montagne qui n’a pas changé, tout le reste disparaît au fil des années. Les petits pontons en bois, disparus, la passerelle, hors d’usage depuis plus de deux ans. Et pour finir, cet été, ce sont des arbres qui ont été supprimé par la commune pour mieux voir le feu d’artifice du quatorze juillet.

Je me pose de sérieuses questions pour l’avenir de ce réservoir car je ne dois pas être le seul à être déçu à ce point. L’avenir nous le dira mais j’émets de sérieux doutes, à suivre  …

1 commentaire:

Marc COLLINET a dit…

Pour l'avoir évoqué avec un camarade guide, il s'agit d'un problème récurant qui persiste sur pas mal de réservoirs français. Toutefois, si aucune amélioration ne se faisait sentir au printemps, tant sur la qualité que sur la quantité des prises, il est bien évident que je ne prendrais pas le risque de venir travailler au Lac de la Moselotte et même de renouveller mon abonnement.
Espérons que Philippe, le sympathique directeur de la base de loisirs, fera le nécessaire.