jeudi 9 décembre 2010

La traque du brochet à la mouche


En ces temps de disette, je fais un petit retour en arrière pour parler d'un poisson que je pêche assez peu en France, Esox Lucius, le brochet pour ne pas le nommer. Lors de ma dernière semaine de vacances, à la mi-novembre, le niveau d'eau était bien trop haut pour pêcher la moyenne Moselle. Dommage pour moi car en réalité cette semaine était principalement prévue pour pêcher l'ombre commun pendant l'arrière saison, mais comme toute cette année, la météo n'a pas tourné en ma faveur. La pluie a arrosé notre région et a entraîné la montée des eaux, par conséquent il m'a fallu trouver une solution de repli car je ne voulais pas rester à la maison toute la semaine à tourner en rond. Je m'étais donc mis en tête de tenter la capture d'un grand gousier, j'ai essayé plusieurs secteurs, les étangs fédéraux à Nomexy-Châtel sur Moselle, à Igney-Vaxoncourt, l'étang de l'Abbaye et le réservoir de Bouzey.

Ce poisson, ne s'est pas montré à la hauteur de mes espérances car au bilan je n'ai même pas enregistré la moindre touche ! J'ai pourtant passé en revue de nombreux streamers avec des actions toutes biens différentes. J'ai également peigné plusieurs couches d'eau en passant de la soie plongeante S IV à la flottante, les animations aussi bien lentes que rapides, saccadés, rien n'y a fait. Même pas un suivi, rien de rien !


Si je dois tirer un bilan de mon année sur le domaine public avec ce poisson, il est plus que maigre, à vrai dire je n'ai pas le souvenir de la moindre capture. Mis à part un superbe brochet sur la Moselle qui a chassé mon streamer gueule fermé, c'est tout pour 2010. Sur le domaine privé, le bilan est un peu mieux, grand merci au passage à Alain du domaine "à la limonade" et concernant mon séjour en Irlande en mai dernier, il n'y a pas de quoi s'enflammer non plus. Maintenant, la saison n'est pas finie, peut-être aurais-je la chance de faire au moins un joli "dragon" avant la fermeture en Janvier 2011.

Si l'année 2010 n'a pas été un grand cru coté carnassiers, il faut dire que la météo y est pour beaucoup. Souvent des températures trop basses, des eaux trop hautes, bref, une année à oublier. J'essayerai de faire mieux pour l'an prochain avec déjà quelques nouveaux montages en prévision et surtout quelques prières pour tomber dans de meilleures conditions météo. Déjà pour le futur voyage sur la terre d'émeraude, l'Irlande à la fin du mois de mai, début juin. Cette fois-ci, les saints de glaces seront passés et les nénuphars bien sortis, cela changera la donne par rapport à cette année, cela fera un décalage de presque trois semaines.

A suivre ...

4 commentaires:

christophe a dit…

oh,que oui la traque d'esox lucius à la mouche est une pêche fascinante. mais comme tu le dit, notre domaine public est bien pauvre! Cette saison 2010, j'ai fait prendre 14 poissons de plus du mètre à mes clients ...chez Alain ! Ce qui tend à prouver que nous ne pouvons malheureusement plus compter que sur le domaine privé pour satisfaire la demande! j'ai par aiileur touché pas mal de poissons sur des parcours de première catégorie dont je tairais volontairement la localisation afin d'éviter qu'ils ne subissent le même sort que ceux de deuxième!je viens de terminer la lecture d'un article concernant le No-kill sur la revue le canard du pêcheur qui mérite une réponse . je trouve "fort de café" la gestion du lac de Bouzey! Il est actuellement au plus bas, le poisson concentré et on assiste à un véritable pillage des populations de perches! Je me demande si nos instances dirigeantes n'auraient pas du par sagesse fermer la pêche sur celui-ci?

Marc COLLINET a dit…

N'exagérons rien, s'il est vrai que la traque du brochet à la mouche en cette saison reste aléatoire, il n'en demeure pas moins que la surface en eau du réservoir de Bouzey reste importante.
Toutefois, afin d'éviter d'appauvrir nos rivières et plans d'eau, il semblerait judicieux au mieux d'instaurer le No Kill partout (on peut toujours rêver), au moins de limiter le nombre de prises par la mise en place d'un cotât annuel, que ce soit en salmonidés ou en carnassiers.
De toute façon, du moment que les instances dirigeantes de la pêche, impliquées politiquement tant au niveau national que régional, seront plus préoccupées par le nombre de cartes vendues et donc d'électeurs potentiels que par la qualité des milieux aquatiques et l'état de leur population(cf statuts), nous devrons nous contenter de solutions en demi-teinte, de "bassinages" et d'effets d'annonce (URNE, plan ombres, etc.)!
Un grand principe: face à un problème, on crée une commission, on se téléphone, on fait une bouffe, et on oublie tout !

chamane51 a dit…

Les truites, (mais aussi les brochets « qui méritent le respect ») facétieuses, toujours belles et bagarreuses méritent toute notre attention.

Le Traité du Zen et de l'art de la pêche à la mouche de John Gierach.

Dark Vaders a dit…

@ Christophe, concernant Bouzey, lors de la prochaine réunion du comité de l'AAPPMA d'Épinal il devrait être question de ce problème qui a bien été pris en compte.

@ Marc, si les pêcheurs étaient raisonnable, on ne serait pas obligé de chercher des solutions pour protéger les espèces.

Sinon, ok pour le coup de fil et la petite bouffe !!!