lundi 28 juin 2010

Coups du soir de Juin


La saison des coups du soir bat son plein, j'en profite de temps en temps, parfois seul, parfois avec les membres de mon club sur le parcours No-Kill d'Épinal et encore d'autre fois encore avec Christophe. Vendredi soir, j'ai pris mon premier bain sur le parcours No-Kill après une rencontre impromptue avec une roche. L'eau est rentrée dans le waders, les boites de mouches, le gilet, le fil, tout était trempé mais comme la température était assez élevée je n'ai pas arrêté de pêcher pour autant. J'ai réussi à faire une belle séance avec la capture de six ombres et deux truites fario sans compter quelques blancs, seule l'obscurité m'a fait sortir de l'eau malgré le fait que je commençai à sérieusement avoir froid.

Le lendemain, j'avais une réunion avec l'AAPPMA d'Épinal, le mercure du thermomètre approchait des records pour la saison, mais le soir venu, j'étais bien décidé à faire un nouveau coup du soir, j'ai rejoint Christophe sur la première catégorie vers vingt-heures pour une séance d'un peu plus de deux heures. Pour la première fois de la saison j'ai bien cru rentrer à la maison sans avoir touché le moindre poisson, le vent soufflait venant du sud ce qui nuisait sérieusement à la présentation de la mouche, le fil passait avant cette dernière, rédhibitoire. De plus malgré les nombreux insectes présents dans le ciel, baétis, phryganes, ecdyos, peu de poissons se manifestaient en surface, à priori les insectes n'étaient pas décidés à finir sur l'eau ou les poissons tout simplement absents ? Toutefois, dans la pénombre à l'aide de mon fameux éphémère au corps orangé, j'ai réussi à mettre dans l'épuisette une vandoise de fort belle taille. Juste avant de décider d'en finir avec ce coup du soir, un poisson gobait sur un poste reconnu pour abriter de façon systématique une truite, cela fait trois ans que j'en prends et relâche là, Christophe l'a tenté mais compte tenu que j'étais mieux placé c'est finalement moi qui l'ai capturé. Sur le coup dans l'obscurité, j'avais cru qu'il s'agissait d'un chevesne et j'étais un peu déçu mais il n'en était rien, c'était bien une petite truite.


Concernant le spot je suis surpris du peu de poissons présents, cela fait trois fois que je m'y rends cette saison, la première fois c'était un peu tôt dans la saison et j'avais vraiment fait du poisson malgré avoir quitté le poste avant le véritable coup du soir, la seconde fois il avait fait trop froid et quasi aucune prises, et cette fois ci. Pourtant toute les conditions semblaient réunies, cependant nous avons vu comme un chemin sur la rive droite, j'espère qu'un pêcheur aimant la chair (pour ne pas l'appeler autrement) n'a pas trop pratiqué sur le secteur ! Il faut dire qu'en première, on peu prélever des ombres ... je vais encore passer pour un râleur, tant pis, mais je pense ne pas être le seul. (cf blog totoff)

Dimanche la chaleur était toujours présente, même encore plus que la veille, Christophe m'appelle et  nous décidons de faire un autre coup du soir, encore un peu plus en amont cette fois. Nous avons déjà pêché ce secteur une fin d'après-midi et l'endroit avait bien plus à Christophe. On se retrouve à vingt heures, petite discussion, préparation des cannes et surtout des bas de ligne, quelques minutes de marche pour rejoindre le spot et voilà nous sommes à pieds d'œuvre. La surface est recouverte de renoncules, seules quelques petites coulées permettent de pêcher un peu notamment sur le bas du parcours. Christophe décide de pêcher plus en amont et il prendra quelques ombres communs et autres chevesnes. Pour ma part plus en aval, chevesnes et vandoises se moquent de moi et c'est avec bien du mal que j'arrive à en prendre un de chaque. Ensuite je décide de pratiquer sur une grosse veine d'eau où j'ai entendu un poisson claquer un gros gobage. Sur ce dernier, je prends un ombre et casse sur un autre ... Après c'est le calme absolu, je remonte un peu vers l'amont et derrière le champ de renoncules il y a un beau courant où il me semble distinguer de l'activité. C'est bien ça, il y a quelques poissons en poste, le vent souffle un peu comme hier mais moins violemment, j'arrive à poser correctement une fois sur deux et cela paye rapidement, je me retrouve pendu avec un superbe porte étendard mais la lutte est de courte durée car il se réfugie dans les renoncules et mon bas de ligne cède ! Je mets une nouvelle pointe, je pose, gobage, ferrage, bagarre, renoncules, cassé !!! Je peste contre ces maudites renoncules et je suis obligé de quitter la zone, inutile de mettre des piercings à ces pauvres poissons, ils sont bien assez joli comme ça. (pas sûr que ça rende beau d'ailleurs)


Je rejoins Christophe et chacun de notre coté, sur deux veines d'eau, nous allons enchaîner les captures, lui des ombres et moi des vandoises et à un moment encore une petite truite. Nous sommes restés bien tard jusqu'au dernier moment, là où la rivière et nous ne font plus qu'un ... Tiens ça ma rappelle un film ça, pas vous ?

Notre terrain de jeu est de plus en plus restreint par la faute de ces satanées renoncules, j'espère que le beau temps va durer encore quelques jours afin de faire chauffer ces dernières pour qu'elle noircissent un peu et qu'elle finissent par se décomposer, par là-dessus un petit coup d'eau pour finir de nettoyer la rivière et ensuite nous pourrons à nouveau profiter de chaque secteurs. A quand une rivière sans toutes ces mauvaises herbes ? En attendant, je pense que je n'ai pas fini de pester ...


1 commentaire:

christophe a dit…

eh oui , dur les renoncules,pas temps pour extraire le poissons mais pour effectuer des dérives correctes. Enfin on a passé un bon moments de pêche, c'est là l'essentiel.