dimanche 22 août 2010

Brochet "à la limonade"


Après les pluies diluviennes et le niveau encore bien trop haut pour pratiquer en rivière, décision avait été prise, avec Marc et Christophe, de se rendre "à la Limonade", le mercredi 18 août, afin de traquer les brochets. Arrivé sur place vers 11h00 le maître des lieux, Alain, nous explique que la pluie tombée a fait chuter la température des étangs et qu’il semble que la pêche soit difficile. Après le café de bienvenue, il était temps de s’équiper, pour l’occasion de grosses mouches sur hameçons de 8/0, ma soie rio flottante N°10, moulinet Sage 2580 et bien sûr ma canne JMC Triumph SPM 9 pieds soie 10. Pour information, j’ai eu un souci avec cette canne, la poignée se décomposait suite à mon voyage en Irlande, j’ai contacté la société JMC par le biais de leur site, le lendemain elle m’appelait, a priori le problème était connu, il semble qu’un mauvais lot de liège soit en cause. En moins d’une semaine le problème était résolu, donc il faut saluer la rapidité de réaction de la société JMC. Désormais ceci n’est qu’un mauvais souvenir et c’est comme si ma canne était neuve. J’ai fait une petite sortie dernièrement et seul un bec avait suivi sans prendre, la malédiction serait-elle de retour ?

Revenons à notre partie de pêche, toute la fin de matinée s’est déroulée sous la pluie fine et même une partie de l’après midi. En effet aucun poisson n’était dehors, pas une chasse, seul quelques petits d’environs 50 centimètres se tenaient dans peu d’eau et je me suis amusé à passer une mouche en lapin, un Bunny noir, juste pour voir leur réaction. Un peu plus tard, j’ai finalement réussi à prendre un grand gousier à l’aide de ma "perche" et c’est le seul poisson que nous aurons réussi à leurrer de la matinée.


L’après midi fut une autre histoire, j’avais promis à l’ami Marc de pêcher un de ces jours aux leurres donc l’occasion était là, il ne restait plus qu’à mettre en oeuvre. Dans un premier temps, j’ai pêché avec une canne Spinning et un leurre articulé qui n’avait pas trop besoin d’animation. Je suis bluffé par la nage des leurres, pour avoir pêché avec quelques rapalas il y a bien des années, les choses on bien changés depuis. Après un moment de réadaptation j’ai animé un peu le leurre articulé mais sans toutefois ressentir le moindre coup de dent. J’avoue avoir douté et que l’envie de reprendre ma canne à mouche me démangeais, mais j’ai tenu le coup, j’ai changé de leurre à plusieurs reprise mais toujours sans effets !

A un moment donné Marc a sonné le réveil, il s’est mis à utiliser des leurres gigantesques dont je ne connais le nom mais d’une efficacité impressionnante. Nous avons enfin pu voir les brochets sortir de leur torpeur. J’ai vu deux attaques en live de poissons, un d’environ 90 centimètres qui s’est décroché aussitôt et un autre de largement plus d’un mètre qui s’est battu pendant une bonne trentaine de secondes mais qui malheureusement encore une fois s’est décroché. Pourtant j’ai vu ce que Marc lui a mis dans les dents au ferrage, il en a même remis une louche quelques secondes plus tard pour assurer le coup, je n’aurais pas aimé être à la place du brochet pendant ce laps de temps. Cette fois nous pensions que c’était la bonne, Marc à la manœuvre, Christophe avec la pince, Moi derrière l’APN … Ce n’était qu’une répétition, la prochaine fois sera la bonne, nous l’espérons tous.

Après ce grand moment de déception à a fallu se re-motiver, un peu plus tard Marc m’a fait essayer une canne de casting gros modèle avec ses leurres démentiels. J’ai été très surpris par ce mode de pêche qui m’était jusqu’alors inconnu, j’étais redevenu subitement un jeune Padawan ! Sur les conseils prodigués par mon guide le leurre s’est mis à nager de façon correcte assez rapidement. Au bout d’un gros quart d’heure j’ai rendu à Marc son bien et il m’a prêté un nouveau leurre à installer sur la canne de spinning, un Buzzbait noir comme la mort avec un trailer dessus. J’adore ce leurre, ça déplace de l’eau, ça fait du bruit, je reste tout de même persuadé qu’on ne peut pas toujours pêcher qu’avec ça mais c’est très sympathique à animer, soit juste sous la surface en faisant une petite vague ou alors carrément dans la surface avec des éclaboussures et des gerbes d’eau tout le long du ramené. A un moment je croise Christophe avec qui nous échangeons les cannes. Me revoilà avec une canne de casting mais plus légère que la première, dessus un leurre articulé que j’avais déjà testé dans l’après midi. Le moulinet est toujours aussi déroutant mais je trouve que je me débrouille plutôt bien pour un débutant. Je me surprends même à faire des poses des accélérations et quelques légers coups de scion. Christophe à proximité me dit, lance voir dans cette direction, je m’exécute, il me dit en principe dans cet axe, quand ça prend, ce n’est pas des petits. Je commence à ramener doucement, j’accélère, je ralenti, je fais une pose, au premier tour de manivelle suivant je sent l’attaque, dans l’instant je met le pouce sur le moulinet à tambour tournant, je ferre un peu comme un sauvage, le poisson est pendu ! Le combat qui s’en suis est déroutant pour moi car rien a voir avec une canne de spinning, la sensation de force est totalement différente, le brochet y va de quelques chandelles, je me sent bien incapable de contrôler quoi que ce soit mais au final tout ne se passe pas si mal puisque, Marc arrive avec sa pince et le poisson finira bien sur la photo avant de bien évidement de retourner à l’élément liquide. Ensuite plus aucune touche donc nous déciderons de mettre fin à cette séance.


Pour finir je tiens donc à remercier Alain le propriétaire de "A la Limonade" pour sa gentillesse et son amour qu’il apporte à ces poissons. Si vous souhaitez rencontrer un pur passionné des poissons, c’est lui qu’il faut aller voir, c’est garanti il connaît la chanson.

Remerciement aussi à Marc et Christophe, deux guides de pêche, que j’ai la chance de côtoyer très régulièrement avec qui je passe de bons moments, les poissons un peu moins, cependant chaque prise est remise à l’eau avec le plus grand soin donc pas d’inquiétude, partout où l’on pêche vous aurez, vous aussi, la chance de reprendre un de "nos poissons" …

5 commentaires:

Marc COLLINET a dit…

Très bon article qui résume parfaitement cette journée.Il m'a fallu un peu de persévérence pour trouver ce qui ferait bouger Maître Esox, mais le résultat était presque là !!!
Les leurres utilisés étaient des Bigbaits et de très gros Swimmbaits, d'un poids de 80 à 250 gr,et donc il faut une canne particulière pour les lancer et les animer. Très peu de pêcheurs oseraient utiliser ce matériel, cela m'assure donc une certaine continuité...
Une fois de plus, l'élève a dominé le guide, et c'est très bien ainsi,; n'était ce pas aussi le but de cette journée: se faire plaisir et apprendre !
Pour la photo avec un gros poisson, je n'ai pas dit mon dernier mot!

Barbara a dit…

bonjour
j'ai découvert une vidéo sympa sur ta page dailymotion sur les ephémères, est ce que tu souhaiterais qu'on la diffuse sur BAR TV ? http://www.bartv.fr
Barbara

Dark Vaders a dit…

@ Barbara,

Voilà une bonne idée. Quel en serait les modalités ?

Barbara a dit…

je veux bien que tu me l'envoies à postmaster@bartv.fr
ou la mettre en partage sur un site comme MEGAUPLOAD.fr puis me donner le lien
ensuite un lien qui pointe vers le site de www.bartv.fr serait bienvenu.
Merci !

Laurençon Paul a dit…

Bon article Manu !

Je suis également allé a la Limonade il y a quelques jours et j'ai testé le brochet la matinée. J'en ai vu des gros moi aussi... mais juste vus. pas moyen de les motivés malgré des swimbaits, spinnerbaits et autres leurres souples de belles tailles. J'avoue ne pas avoir la possibilité de pêcher avec des leurres supérieurs a 120gr mais ça ne me ferait pas peur vu la tailles des spécimens.

Je pêche en casting pour la traque du gros brochets. Je trouve que cela apporte une certaine fluidité.

J'ai ensuite pêché les truites à la mouche en sèche. J'en ai décidées quelques unes à mordre mais beaucoup stoppaient leur élan a la dernière seconde. j'étais monté en 14centièmes. j'ai fini pas trouvé une méthode pour en touché a tout les coups. je faisais couler juste sous la surface ma sèche et je tricotais en accélérant lorsqu'elles suivaient. une belle quantité de poissons ont été prises. super souvenir. J'ai pu retenter le brochet l'après-midi (merci Alain) et j'ai réussis a les motiver au spinner blanc ramené très fortement. j'ai loupé deux beaux spécimens (90-100cm) et deux autres ont suivis.

Ce fut une journée mémorable avec une merveilleuse rencontre d'un passionné le cœur sur la main.