vendredi 5 août 2011

La pêche et les réciprocités


Alors que la vente de cartes de pêche est en chute libre depuis plusieures années, cela se confirme d'après les premiers éléments de l'année en cours, il serait temps de se poser les bonnes questions. Pourquoi la pêche n'attire plus les foules ? Le manque de poissons, les sociétés de pêche trop nombreuses, la multiplication des loisirs, le prix de la carte de pêche, une réglementation parfois inadaptée plus sans doute un tas d'autres raisons. Pour faire un point sur notre département, les Vosges, il y a parfois des raisons de se décourager, prenons le cas de la réciprocité par exemple. Il n'existe pas moins de quatre groupements sur le département, le GPV (Groupement des Pêcheurs Vosgiens) regroupant les rivières de plaine et seul adhérent à l'URNE (Union Réciprocitaire du Grand Est), le GPRMV (Groupement Réciprocitaire du Massif Vosgien) , le GAP (Groupement d'Action Piscicole) et pour finir l'Entente Halieutique des trois vallées. Dans tout ce bric à brac il faut bien avouer qu'une vache ne retrouve pas son veau ! Si l'on y regarde d'encore plus près, sur la même rivière il y a plusieurs groupements et je ne parle même pas des sociétés de pêche qui ne veulent participer à aucune réciprocité et qui contribuent à morceler les parcours de pêche. Comble du comble, il semblerait même que des AAPPMA ne seraient pas sous le couvert de la fédération de pêche du département, ce qui semble invraisemblable.

Ce qui a tendance à m'agacer au plus au point c'est que certains pêcheurs et dirigeants ne veulent pas entrer dans un système réciprocitaire sous prétexte que d'autres vont venir piller "leurs rivières et leurs poissons" à leur place, mais ce qu'ils oublient de dire tous ces braves gens c'est que dès lors que la pêche en première catégorie est fermée, ils sont bien contents de venir pêcher à une canne sur le domaine public en deuxième catégorie pour casser du carnassier sans dépenser le moindre euro supplémentaire pour exercer le droit de pêche !

Il serait grand temps de faire changer les choses, des solutions existent, l'AAPPMA de Granges sur Vologne a tenté de protéger les habitants de la rivière avec un arrêté préfectoral à titre d'expérimentation et il semblerait que cela fonctionne. La protection des brochets sur les frayères en première catégorie sur la rivière Moselle a semble t-il porté ses fruits et dès lors que la rivière s’assagit, on y retrouve du fingerlin. Je le répète encore, des solutions existent, l'Ombre commun sur la Moyenne Moselle fait son retour grâce au soutien du GPV (alevinage d'ombrets) et à la protection qui va avec, pêche en No-Kill intégral. Si chaque AAPPMA arrêtait simplement de faire du nombrilisme et essayait de ne pas prendre la rivière pour une source intarissable, les choses évolueraient bien plus vite. Au lieu de ça, chacun reste dans son petit monde, ce temps est révolu, messieurs il faut vous réveiller sinon vous finirez par mourir ! Je le dis clairement, certaines AAPPMA n'ont plus leur place, les petites avec une vingtaine de membres notamment ou encore des linéaires dérisoire, il faudrait réduire le nombre de ces associations à un nombre raisonnable, actuellement il y en a plus de soixante dix dans le département des Vosges. A partir de ce constat comment faire pour voir naître une réciprocité au moins départementale dans un premier temps ? Mission impossible à mon avis. 

Les pêcheurs aussi ont leur propre part de responsabilité, combien parmi eux assistent aux assemblées générales ? En vérité quasi personne, il suffit de voir sur une grosse association comme celle d'Épinal avec deux milles sociétaires, quand il y a cinquante personnes, en retirant les gens du conseil d'administration, c'est le bout du monde ! Pour fréquenter plusieurs AAPPMA, et assister dans l'ensemble aux assemblées, ce constat est général. Partant de ce principe, il n'y a jamais de problèmes à résoudre et la routine s'installe. Par ce fait, aucune remise en cause des dirigeants, on continue à gérer de la même façon depuis des années sans se poser la moindre question.

J'ai posé la question d'une réciprocité élargie au sein du département il y a déjà deux ans, un président d'AAPPMA m'avait quasiment certifié que cela allait se faire l'année suivante ou celle d'après ... Aujourd'hui, rien ne s'est fait et chacun campe sur ses positions. Il est grand temps de mettre un coup de pied dans la fourmilière. A l'heure où j'entends parler de prochaine réciprocité nationale, avouez qu'il y a de quoi sourire. Aujourd'hui je considère notre département comme le fameux village gaulois qui résiste dans son camp retranché de la gaule à l'envahisseur Romain dans les aventures d'Astérix et Obélix. Certes notre région est bien en retard et l'on commence à se regrouper un peu, notamment au sein de l'URNE (Union Réciprocitaire du Nord Est) mais là encore, certains départements ne jouent pas le jeu et n'offrent rien de concret, pire encore j'en ai même vu offrir moins qu'à l'époque d'une réciprocité appelée URGE.

Ci dessous un montage vidéo réalisé par Hervé57 pour illustruer une sortie entre pêcheurs réciprocitaires de l'URNE.


Merci Hervé pour l'autorisation d'utiliser ton montage sur mon blog et bravo pour celui ci aussi !

Désormais, si vous voulez faire changer les choses, il faut que chaque pêcheur se sente responsable et prenne ses responsabilités. Allez aux assemblées, votez, exprimez vous, c'est votre droit ! Présentez vous dans les associations, investissez les conseils d'administration, apportez vos idées. Des idées nouvelles qui pourraient dissuader les viandards comme par exemple ne plus mettre de poissons surdensitaires dans les rivières. Petite remarque en passant, je l'ai déjà dit sur ce blog, depuis le temps que l'homme déverse des poissons dans les rivières, il ne devrait plus y avoir de place pour y mettre de l'eau, et pourtant, il n'en est rien. Laissez vivre les reproducteurs, comme par exemple instaurer une tranche de capture où il serait interdit de prélever le moindre poisson comme cela se fait en Irlande. Seulement 1 Kilo de brochet par jour, ce qui correspond à un poisson de moins de cinquante centimètres. Tous les autres doivent être remis à l'eau mis à part les poissons trophés, cela laisse rêveur mais pour être un fidèle de l'île d'émeraude, je peux vous garantir que cela fonctionne. Le temps de la pêche pour se nourrir est dépassé, la pêche devrait plus être considérée comme un sport ou l'adversaire devrait être respecté. Mais les habitudes ont la vie dure et l'on trouve encore beaucoup trop de viandards sur des rivières qui ne peuvent plus fournir la ressource.Comme dirait un président d'AAPPMA que je connais bien, à partir du moment où tu supprimes le père et la mère, il est évident que les espèces puissent disparaître. D'autres idées peuvent être mises en avant, ce n'est pas Christophe qui me contredira, imposer un quota sur l'année avec un système de bagues comme pour le saumon permettrait là aussi de sauvegarder quelques espèces. En plus cela faciliterai le contrôle des pêcheurs par les gardes pêche particuliers et consorts et éviterait les sempiternels voyages à la voiture que tout le monde a observé au moins une fois.

Pour en revenir à une réciprocité départementale en elle même, il est évident que chacun des pêcheurs du département ne va pas traverser ce dernier tous les jours pour allez taquiner la truite ou d'autres espèces. Tout au plus au début certains viendront découvrir de nouveaux horizons mais l'éloignement et surtout une protection drastique des populations de poissons fera sans doute le reste, le pêcheur dans sa grande majorité va se cantonner à pêcher chez lui. Des réunions ont eu lieu mais pour le moment, silence radio, alors je pose la question ouvertement, à quand une vraie réciprocité sur le département des Vosges ? Je reviens à nouveau sur l'URNE, quand un département n'offre que son canal qui de toute façon est dans le domaine public, de qui se moque-t'on ? Dire qu'un département fait partie de l'URNE c'est bien joli tout ça mais il faudrait que tous les lots soient dedans et c'est loin d'être le cas. Nous n'en sommes probablement qu'au début de cette réciprocité mais il va falloir passer une vitesse supérieure maintenant sans quoi à quoi cela servirait-il de continuer ? Sinon encore une fois essayer de faire les poches aux pêcheurs ?

Mon vœu le plus cher serait qu'une vraie réciprocité nationale voit le jour mais là je crois qu'il va falloir encore attendre un peu car il est clair que des résistants subsistent ici et là, il y a encore six départements qui ne sont entrés dans aucun groupe réciprocitaire et deux qui font leur sauce ensemble. Alors, Messieurs les présidents de fédération de pêche je pense que c'est à vous de faire prendre la mayonnaise et de faire que déjà au sein de vos départements l'entente soit établie, seulement ensuite nous pourrons enfin parler de réciprocité nationale.

13 commentaires:

seb le couvreur a dit…

je viens de lire ton texte et j’apprécie énormément te soutiendrai jusqu'au bout je pense que tous les pêcheurs devrait se réunir et essayer de faire bouger les choses. quand je parle de pêcheur je parle pas de braconnier comme beaucoup malheureusement......je souhaite qu’un jour les règles changent....

Dark Vaders a dit…

Merci pour ton soutien jeune padawan. Néanmoins, le mot braconnier est peut être un peu "exagéré". @ bientôt pour de nouvelles aventures !

titi057 a dit…

Un jour un homme m'a dit simplement : Tu peux utiliser les intérêts mais ne touche jamais au capital.
Je trouve que cela reflète bien l'orientation de la gestion durable que l'on se doit aujourd'hui de donner aux rivière.
Tout ce que tu dénonce dans ton texte sont toutes ces choses qui fait que je vais pêcher en france à reculons.
Je ne contribue à rien directement en france mais je soutiens à fond la gestion de la rivière belge ou je vais, ou je prend du plaisir à chaque sortie. Gestion que j'aimerai voir se développer en france dont les mettre mot sont:
sportivité, respect de l'environnement, durabilité et patrimoine.
C'est plus facile à dire qu'à faire j'en suis conscient mais quand on commence à voir que tout les efforts porte leur fruits et que grand nombre y trouvent leurs compte, c'est que du bonheur ;).

Au plaisir de te lire, a bientôt au bord de l'eau.

Marc COLLINET a dit…

Hé oui, Manu, le constat est amer. Je vais donc approfondir et confirmer tes paroles:
- l'association de pêche de FERDRUPT n'est pas affiliée à la FD88 depuis déjà plusieurs années et utilise les cartes de Remiremont pour "officialiser" son affaire...
- dernièrement j'ai évoqué le problème de réciprocité avec le trésorier de Fresse sur Moselle. Un NON catégorique car les gens d'Epinal viendraient piller leurs truites...
- URNE: en fait ce n'est pas vraiment le département des Vosges qui y adhère mais l'AAPPMA d'Epinal et environs car ce sont les seuls lots mis en réciprocité interdépartementale...
- comment des AAPPMA peuvent-elles vendre des droits de pêche qu'elles ne détiennent pas...
- comment certaines AAPPMA peuvent-elles réussir à vendre des cartes journalières où elles comptent systématiquement les timbres nationaux ou fédéraux déjà détenu par le pêcheur...

Le pire dans tout ça, c'est que notre brave fédération est au courant et laisse faire!!!

Au lieu de prendre des demi-mesures, parfois inadaptées, de prendre des arrêtés inapplicables et inappliqués, la solution est peut-être de passer rapidement par une réforme complète de l'organisation et de l'ensemble des textes qui régissent la pêche en France.
Que dire de ces personnes à la recherche d'un mandat électoral, de ces administrateurs qui prônent le "bassinage" à outrance de truites AEC pour faire revivre nos rivières, de ces réunions où le grand mot est: il est urgent d'attendre!!!
STOP, une certaine forme de bénévolat nous montre régulièrement ses limites... Alors changeons avant qu'il ne soit trop tard!

Sam a dit…

bonjour à tous,
D'accord avec la reciprocité et avec le texte, par contre, je suis un peu enervé!!! quand je lis que la protection des frayeres à brochet est une bonne chose en 1er categorie ?? quesaco ???
oui la moselle est assez grande pour contenir brochet et truite, mais je ne vois pas en quoi cela est une bonne chose de proteger le brochet quand on a un nombre de truite aussi bas!!!
Je serais pour la protection des Frayere à brochet en 1er categorie quand cela pullulera de truite!
avant cela, on devrait deja essayer de sauver la truite... le brochet ne fais peut etre pas de gros degats sur la truite, voir pas du tout, mais il n'ameliore pas non plus sa population!!!!
Le jour ou on mettra un no kill total sur la truite, on pourra reparler du brochet, en attendant, pour moi, la priorité reste la truite, et quand je vois tous les viandars, en ameuté encore plus avec une reciprocité...bof, et je comprend certaines AAPPMA qui veulent defendre leur cheptel.
Quand on voit ce que donne l'ouverture de certaines reserves, qui donne lieu a la curée, je prefere que l'on attende d'avoir des gens competent qui comprendront qu'il faut defendre la truite avant le brochet en 1er categorie...
le brochet ramene deja assez de "rapalateur" qui demonte la gueule des dernieres pauvres truites qui s'y essaient et qui ont une taille respectable.
Ras le bol des mecs qui tirent sur la queu de ces poissons nobles pour atteindre la maille!!

Dark Vaders a dit…

@ Sam :

Pour ton information le brochet est classé vulnérable sur l'échelle des espèces menacées de disparition de métropole tandis que la truite est classé en préoccupation mineure (espèce pour laquelle le risque
de disparition de France est faible)

Ceci est issu du dossier de presse daté 16 décembre 2009 sur "La Liste rouge des espèces menacées en France"

Après ces quelques données, on peut comprendre que la sauvegarde du brochet doit se faire partout où le milieu s'y prête. Je pense que tous les poissons ont une place dans la rivière, surtout notre Moselle qui a un profil très particulier, les espèces trouvent leurs places. Jusqu'à Remiremont, le profil de la rivière ressemble plus à de la deuxième qu'a de la première tout de même.

Le réel problème, c'est comme tu le dis toi même, le comportement de certains pseudo pêcheurs tout simplement. Seul une gestion drastique de toute les espèces permettra de les sauvegarder !

Quoiqu'il en soit merci pour ton commentaire et bienvenu sur ce blog !

Sam a dit…

Merci pour cette info, et je n'ai pas fait les politesse,pardon.
d'abord, felicitation pour ce blog, qui est vraiment superbe, mais concernant le brochet, je ne suis jamais aussi fier que quand j'entend les gens parler de la diversité des especes du no kill d'epinal : perche brochet truites chevesnes, barbeaux, ombres et j'en passe :)
Le probleme c'est que personellement, entre Epinal et Remiremont, c'est plus la truite qui est en voie de disparition plutot que le brochet, j'ai rencontré un pecheur, fabuleur ou non, qui m'a dit avoir peché 180 brochet sur 100 m de riviere en 1 ans, alors bien sur plusieurs fois les memes probablement mais quand meme, et ceci en amont d'Epinal, je ne dirais pas ou, on ne sait jamais..mais pour ceux qui aime pecher le brochet ( ce qui n'est pas mon cas) je suis pret à indiquer l'endroit sans problemes à des pecheurs respectueux!!!
Quand je vois le nombre de Cheucheu, je me dis qu'il y a largement la place pour les becs, mais moi ca me tue de ne plus voir de truites alors que purée, cette riviere est l'une des plus belle que je n'ai jamais vu, la Moselle, elle est superbe, large, profonde a des endroits, basse à a d'autres, pleins de ruisseaux pepiniéres, des gravieres, des plats, des chutes, des pools etc.. y a de la place, pour pas mal de poisson, dont la truite et en masse, vue le nombre d'ombre à certains endroits :) mais bon sang, je n'aime pas lire que l'on protege le brochet alors qu'on massacre les dernieres truites, ca non , ca me revolte, que l'on protege d'abord la truite en 1er categorie, le brochet, on verra quand la truite sera revenu en nombres respectables!!!
D'ailleurs il me semblait que dans les reglements, (est ce seuelement dans le Doubs??) en 1er categorie, on a interdiction de rejeter Brochet et perches, est ce vrai , ou est ce dans un de mes cauchemards ? :p

Merci de m'avoir lu, et hate de te croiser au bord de l'eau :)
Connais tu Stan ?

Dark Vaders a dit…

Sam, c'est tout à fait normal que la truite disparaisse entre Épinal et Remiremont, la rivière n'est pas faîte pour elles. Et dés qu'ils s'en prend une belle, elle est tordue, c'est là le mal profond de nos contrée, poisson prit rime avec poisson frit ! Le brochet est très présent sur certains secteurs je te le confirme mais quand même sur d'autre il avait disparu ou presque, sinon pourquoi tenter de le protéger ...

Pour l'ombre, il est présent lui aussi, c'est vrai, mais attention, il n'est pas venu tout seul ... Des AAPPMA et la fédération de pêche des Vosges a œuvré pour son retour. N'oublie pas que le prélèvement est limité également. Il n'est pas présent partout et comme de nombreuses espèces entre Remiremont et Épinal il souffre aussi du manque d'oxygène quand l'heure des renoncules sonne. Donc dans ces conditions, la truite ne peut pas prospérer !

Quand à ceux qui massacrent les dernières truites, rassurent toi, ils ne protègent pas le brochet non plus, donc le débat est ailleurs.

Pour l'histoire des règlements qui interdiraient de remettre un brochet à l'eau en première, il est interdit d'introduire une espèce, ce qui revient à dire que si tu prends un poisson a cet endroit et que tu le relâches, tu n'a rien introduit car il y était avant que tu ne le pêches. Donc ceci est une pure hérésie ! Et même si cela était interdit par un règlement intérieur (non valable), rien n'empêche un poisson de te glisser des mains, voilà tout !

Concernant Stan, on s'est vu une fois sur une pêche électrique, on se croise sur le net. Nous n'avons pas la même approche de notre sport favoris mais peut être qu'un jour les choses changeront.

loops a dit…

salut Manu,

très bel article, plein de bon sens!
si tu permets, je le diffuse à d'autres.
A+

Dark Vaders a dit…

Salut Loops,

Bien sûr, je t'autorise à diffuser, sans problèmes.

@ bientôt !

Anonyme a dit…

Effectivement le rêve serait une carte national mais au final à quoi ça sert ???? Ce n'est pas ça qui va préserver le poisson, la réciprocité c'est secondaire. Une gestion part bassin avec des associations regroupées et plus fortes serait beaucoup plus profitable. Je crois que se focaliser sur la réciprocité, c'est se disperser et oublier l'essentiel, le milieu .... Une dernière chose sur la réciprocité, il ne faut pas oublier que le droit de pêche appartient aux propriétaires riverains ... ça n'appartient pas aux associations. Et il est parfois difficile de garder ce droit de pêche...

Anonyme a dit…

Bonsoir,
C'est clair que se battre pour davantage de réciprocité apparait comme très secondaire comparé à l'état pitoyable de la plupart des cours d'eau en France. Même si les pêcheurs ne sont pas résponsables de la dégradation des milieux,la gestion démocratique(médiocratique...)n'arrange rien:par ex,sur les lots pêchables avec l'URNE ,dans les Vosges,la taille du brochet est toujours à 50 cm,sans quota ;le bassinage sur les têtes de bassin continue à faire la joie ,2 j /an,de l'immense majorité des "pêcheurs". Bref,je ne crois pas un seul instant que la réciprocité pourra améliorer les choses,d'ailleurs peuvent-elles ,globalement,s'améliorer dans le cadre du système actuel??
Pour Dark,toujours de très bons articles et de belles photos,on attend avec impatience tes impressions de la Loue!
Jérôme

Dark Vaders a dit…

Le milieu, les droits de pêche, la gestion par bassins, les réciprocités, tout est liés, battons nous, faisons entendre nos voix !

Unissons nous pour faire changer les choses en profondeur et faire redorer le blason de la pêche !

Les temps changent, doucement mais sûrement ...