jeudi 1 avril 2010

Sortie mensuelle du Club Mouche d'Epinal - Le Domaine de Sommedieue


La sortie mensuelle du club mouche d'Épinal s'est déroulée sur le domaine de Sommedieue ce samedi 27 mars. Cette journée a été en partie financée par le club, que les membres du conseil d'administration soient remerciés pour avoir autorisé ce financement. Pas moins de dix huit membres du club s'était inscrits à cette sortie pour le moins exceptionnelle. Il est vrai que le Domaine de Sommedieue est un très beau parcours qui permet à chacun de s'exprimer du fait des possibilités offerte sur les différents parcours, tantôt un petit réservoir, tantôt un petit bout bras reliant deux réservoirs ou encore carrément la Dieue qui se trouve être la rivière qui longe le domaine. Par le passé, je m'étais rendu sur le domaine pour y faire un coup du soir, je n'avais pas eu le temps de m'imprégner de l'ambiance, qu'il fallait déjà repartir donc je n'avais pas gardé une trace impérissable de mon passage.

Samedi, arrivé sur le domaine, la météo n'était pas des plus favorables, une pluie fine s'était installée et le ciel était complètement bouché avec quasiment aucun espoir d'apercevoir la moindre éclaircie. Après s'être fait expliqué le règlement, l'heure était venue de préparer le matériel, chacun s'affairait à choisir la technique de départ, pour ma part s'était évident, compte tenu de la clarté des eaux, je tenterai la pêche en nymphe à vue, j'avais d'ailleurs préparé quelques petites nymphes sur hameçon de dix-huit non plombées dans la semaine précédent cette sortie.
Devant le lodge, en compagnie de mon "padawan", nous avons tentés les premiers poissons en partant sur la gauche où personne n'était passé. Quelques poissons se tenaient là et en moins d'une minute, une première truite croquait dans ma nymphe ! J'avais imaginé une pêche ultra difficile mais visiblement les poissons semblaient très bien réagir. J'étais content car cela permettrait sans doute à nos petits nouveaux d'enregistrer quelques touches. Souhaitant découvrir le domaine dans sa totalité, j'ai décidé de pêcher assez rapidement en évitant de rester sur un secteur plutôt qu'un autre. Sur tout le parcours, J'ai trouvé un nombre assez conséquent de poissons, sur les bordures quand j'étais le premier à passer, la majeure partie à croquer volontiers de la nymphe, la visibilité étant réduite du fait de la pluie, j'ai principalement attaqué les poissons se situant dans les trois mètres de la bordure. Sur certains secteurs, des farios se comportaient exactement comme en rivière, elles descendaient fouiller dans les herbes afin d'y déloger quelques nymphes ou autres crustacés assez présents eux aussi, j'avoue que ce spectacle m'impressionne toujours autant. Pour finir, le petit tour de reconnaissance du matin, je suis allé dans le réservoir le plus en amont ou l'eau est aussi limpide que du kirch comme dirait un ami suisse se prénommant "Patoche" !


A ce moment précis, le vent redoublait et il était quasi impossible de voir les poissons, peu importe je suis redescendu sur des zones moins tourmentées où j'ai retrouvé un à un les membres de mon club. Malgré les difficiles conditions climatiques, chacun avait eu plus ou moins de réussite face aux poissons, seul trois ou quatre membres étaient encore capots à ce moment de la journée. Tout à coup, un petit bras d'alimentation s'est chargé de sédiments et autres alluvions et s'est mis à teinter un des réservoirs, la cloche annonçant le repas a sonné, il fallait se diriger vers le lodge, mais une truite était en maraude juste devant moi à une dizaine de mètres, le temps de le dire et ma nymphe petite nymphe sur hameçon de dix-huit se retrouvait dans son champ de vision. L'opération avait été facile à réaliser car à ce moment précis il n'y avait aucun vent pour gêner le lancer mais surtout le poser en parachute. A peine la truite avait-elle vue la nymphe qu'elle croquait volontiers dedans, ferrage tout en douceur et le poisson faisait plier le carbone de la Zéro Gravity Hélios, petit combat et une jolie fario se retrouvait dans l'épuisette juste avant de rejoindre son élément.

Nous avons partagé le repas de midi au lodge, pendant que le ciel se dégageait, Un croustillant au fromage et jambon de pays, des pommes de terre persillées avec quelques morceaux de viandes rouges accompagnés d'une sauce au poivre. Plus tard, le fromage puis le dessert, une demi-poire nappée de chocolat tiède. Un café pour finir que certains n'avait pas encore avalé que d'autres repartaient déjà afin d'en découdre à nouveau avec les poissons du domaine de Somedieue.

Le beau temps n'a duré que le temps du repas, à peine reparti à la pêche que la pluie tombait à nouveau. Néanmoins, durant l'après midi il y a eu quelques éclaircies qui ont permis de voir quelques poissons en maraude. Même ceux d'entre nous possédant une vue moins performante ont eus le loisir d'apercevoir de jolis poissons. Je suis retourné pour ma part sur le réservoir le plus clair, en amont du parcours, où j'ai retrouvé Sébastien pour une petite séance à vue bien sympathique. Nous avons échangé le temps d'un quart d'heure nos lunettes polarisantes car il voulait se faire une idée plus précise sur un modèle, les JMC "Sensium", c'est justement le modèle que je possède. A peine avait-il les lunettes sur le nez que Séb déclarait commander les mêmes prochainement. Quand à moi, avec ses lunettes scierra "verres jaunes", j'ai eu bien du mal à pêcher, la vision est quelque peu déformée et j'en ai même attrapé un mal de tête, j'arrivai toutefois à voir les poissons et après un long moment d'adaptation j'ai même réussi à en prendre un. Il m'était impossible de voir l'impact de la nymphe sur l'eau par rapport aux poissons tandis qu'avec mes propres lunettes c'est chose aisée.

Pour rien au monde je ne pourrais revenir a des lunettes classiques, les "sensium" de chez JMC possèdent des verres polycarbonates photochromiques (env.30%), la couleur est légèrement violine, j'ai choisi la monture "mission", cela fait plus de deux ans maintenant que j'utilise ce modèle et j'avoue être totalement satisfait de cet achat. Quand je repense à mes débuts, je pêchai avec une simple paire de lunette de soleil !


Revenons à notre fin d'après midi, Je suis allé rechercher Laurette afin de lui montrer le dernier réservoir qu'elle n'avait pas encore découvert, elle fût bien surprise par la transparence de l'eau.
Je lui ai laissé l'endroit à elle seule afin de mieux encore en profiter. Je suis sûr qu'elle a apprécié ce moment. Une fois de plus j'ai recroisé nombre de membres du club, là tout le monde avait réussi à prendre au moins un poisson, certains en on pris "un voyage" ou encore "une chiée"comme diraient quelques connaissances ...

Un peu avant le fin d'après midi, une grosse "gold" dans le réservoir du bas me narguait mais elle était relativement loin, je dirais vingt mètres, j'ai attendu un moment qu'elle soit à portée de canne, soudainement elle est venue vers moi, comme il n'y avait pas de vent je l'ai attaqué à quinze mètres, au troisième essai elle a craqué pour ma nymphe. Compte tenu de la taille du poisson j'ai appelé aussitôt mais en vain pour que quelqu'un vienne prendre une photo, finalement le poisson s'est décroché car je n'ai pas fait attention, c'est dommage car cette "aqua bonita" était d'une taille remarquable. Ce sera sans doute pour une autre fois ...

L'heure avançant, chacun est revenu, sauf Séb qui s'acharnait sur quelques poissons, vers le réservoir le plus proche du lodge ou finalement nous sommes allés boire un pot avant de repartir vers nos Vosges accompagné de la pluie qui redoublait d'intensité. Cette sortie a été un triomphe pour la plupart d'entre nous, la pêche a fonctionné en sèche, émergente, chiro et bien sûr en nymphe à vue. Pour mon compte personnel, j'ai utilisé la même nymphe sur un hameçon de dix-huit pour toute la journée, j'ai changé une fois pour la même avec un hameçon plus gros en seize, au bout de cinq lancer j'ai remis la plus petite. Sur ce coup là, on en viendrait à se poser la question de l'utilité d'avoir une multitude de modèles dans nos boîtes. Depuis un peu, je pêche toujours avec cette nymphe non plombée et je prends toujours autant de poissons, est-ce la confiance, une meilleure technique, la chance, allez savoir ...

Un petit mot tout de même sur la qualité des poissons, j'ai bien aimé les robes magnifiques que certains poissons arboraient, après renseignements au lodge avant de partir, il s'agirait d'un croisement de plusieurs espèces d'Arc en Ciel qui au final portent le nom de truites mouchetées. Bravo, elles sont superbes ! Paul, ci-dessous ne me contredira sûrement pas.


Merci encore à notre conseil d'administration d'avoir programmé et en partie financé cette sortie dans la Meuse qui j'en suis sûr laissera des traces pour longtemps dans la mémoire de chacun d'entre nous. La prochaine sortie avec mon club se déroulera une fois n'est pas coutume sur un autre réservoir, celui de Saulxures sur Moselotte, le Samedi 17 Avril prochain, où nous aurons le plaisir de retrouver nos homologues de la Phrygane Suisse.

1 commentaire:

christophe a dit…

que la force soit avec toi et qu'elle te procure, "joie ,comme celle-ci, immense seras!" jeune jedi